Les Mousquetaires

Plan pêche durable 2025 : Avec la Scapak, la filière Mer des Mousquetaires poursuit son développement dans la pêche côtière et artisanale

Agromousquetaires

Renforçant sa stratégie de pêcheur-poissonnier responsable, Agromousquetaires, via la Scapêche, annonce, ce jour, la création de la Scapak (Société Centrale de l’Armement de la Pêche Artisanale de Keroman). Ce nouvel armement artisan codétenu avec l’armateur breton Apak, vient d’investir dans la transformation d’un chalutier en un navire polyvalent senneur danois.

 

Un navire de pêche moderne et économe en énergie

Cette société par actions simplifiée, détenue à hauteur de 20 % par la Scapêche et de 80 % par l’armement Apak, sera dirigée par Eric Guygniec, président de l’Apak. La Scapak vient d’investir dans un navire de pêche moderne et économe en énergie.

Sylvain Pruvost, président de la Scapêche, se félicite de la création de ce nouvel armement « Cette prise de participation est une manière de conforter notre présence à Lorient. Nous poursuivons ainsi nos actions pour le maintien des quotas de pêche français. Cela permettra à l’artisan pêcheur d’acquérir un navire tout en assurant ses débouchés sur le long terme. »

Un investissement de près d’1,2M€

La Scapak a investi près d’1,2 million d’euros dans la transformation d’un chalutier boulonnais, le Gloire à Marie III, en un navire polyvalent conçu pour pratiquer notamment la senne danoise. Rebaptisé Naoned, ce senneur de 23,40 mètres est destiné à un patron pêcheur breton, Yohann Madiot. Il pêchera notamment du merlu et du thon germon dans le golfe de Gascogne. La transformation du navire a d’ores et déjà commencé au sein des chantiers navals Padmos, aux Pays-Bas, avec un objectif de mise en activité en juin 2017.

Une démarche de pêcheur-poissonnier responsable

La filière Mer du Groupement Les Mousquetaires déploie son plan « pêche durable 2025 » dont l’objectif est d’adapter l’ensemble de sa flotte sur 10 ans. Pour cela, elle investit dans de nouveaux navires, plus modernes et aux méthodes de pêche plus diversifiées, et dans la pêche artisanale française.

La mise en place de partenariats avec des pêcheurs artisans, comme la Scapak ou encore la Scopale créée en avril 2015 avec les Pêcheurs d’Opale à Boulogne-sur-Mer, ainsi que le rachat et la transformation de bateaux, s’inscrivent dans cette stratégie de diversification. En 2016, la Scapêche a fait l’acquisition d’un bolincheur dans le Finistère. Tout récemment, le chalutier Claude Moinier II qui pratiquait la pêche profonde a été sorti de la flotte et revendu.

Ce plan pour une pêche durable permettra l’abandon progressif de la pêche et de la commercialisation du grenadier, du sabre et de la lingue bleue – les trois espèces de grand fond commercialisées par les enseignes Intermarché et Netto – avec l’objectif d’un arrêt complet en 2025.

Retour aux communiqués de presse

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de ce site et vous proposer des contenus, services et publicités adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus